mardi 29 juillet 2014

Messages de Nejma Farès qui vient de perdre toute sa famille à Gaza, reproduits tels quels.



Messages de NAJMA  FARES


22 juillet  


un Genocide", c'est avec ce mot qu'on resume  ce qui c'est passé dans   notre famille "Abou Jamee", ou 28 personnes ont ete tues par les missiles israeliens qui ont cible leur maison de 3 étages, qui loge cinq familles au moment ou ils prenaient leur dejeuner  pour casses leur jeune, 3 membres de la famille ont miraculeusement survécu, la plus part des victimes étaient  des enfants et des femmes ,
 au cours de plus de 15 heures depuis le crime, l'équipe de defence civile et des dizaines de personnes sont restes a la recherche  sous les decombres en se servant de trois bulldozers.
au milieu des sentiments de colere et de mepris  les palestiniens font les adieu aux martyrs  dans une procession magestieuse malgres le risque des  bombardements  et dans leur  esprit  plusieurs questions  se posent sans  trouver des reponses satisfaisante...

Najma Abou Jamee



25 juillet


Chers amis,

Hier soir j’ai pu sortir de la maison, j’ai profité  pour  visiter l’école juste à côté de chez moi, où plus de 2000 habitants de Chaja’iya et Zaitoun  prenaient refuge, parmi eux il y avait qui ont fui les bombardements aveugles, d’autres leurs maisons étaient détruites, chaque visage marquait tant de souffrances et de douleurs. Et dans chaque mémoire une triste  histoire.  Ils étaient près de 5o personnes dans chaque classe, ils y a même ceux qui n’ont pas trouvé de place dans les classes  donc ils ont entouré des petites surfaces  dans la cour avec des tables pour s’installer, des couvertures étaient mis par-terre pour s’asseoir et pour dormir… je ne m’empêchait de parler à quelques femmes, qui ont insisté de me ramener dans les classes pour voir un peu dans quelle situation elles vivaient…j’ai passé dans quelques classes et ce que j’ai vu était terrible, des enfants, des femmes et  des vieux même des bébés, étaient tous là, avec un manque de toute forme d’hygiène, en plus de coupure d’électricité. Tout le monde était là entrain d’attendre, avec un regard de tristesse, de mépris et de colère, n’assimilant pas tout ce qui s’est passé. Les mamans  n’arrivant même pas à se plaindre, elles n’arrivaient à parler, d’ailleurs elles n’ont rien à dire de plus, tout était claire. Une heure avant le ftour, des engins qui passaient dans l’école et portaient le manger pour casser le jeune, un jeune volontier m’a appris qu’hier la quantité n’était pas suffisante, donc ils y avaient ceux qui ont mangé une demi-heure après, à attendre que d’autre plats viennent soit des  gens qui habitaient à cote ou des bénévoles. J’ai quitté l’école, en mémoire une souffrance et douleur de centaines de personnes de tout âge  mais aussi avec un sourire de petites filles dont leurs yeux marquaient l’espoir.
 Aujourd’hui matin, j’ai appris comme tout le monde le bombardement d’une école de l’UNRWA a Beit Hanoun,  où logeaient  de centaines de personnes. 15 personnes ont été tuées et  près de 2oo blessés, pour s’ajouter  au 798 martyrs et 5050 blessés et voilà les écoles aussi ciblés comme les mosquées l’y aient et ils y sont toujours.
Comment les gens dans les autres écoles vont apprendre ça !? Surtout qu’ils sont dans des écoles de l’UN, où ils  croient que c’est le seul lieu où  ils peuvent être en sécurité.  
Ce n’est pas facile d’avoir la force pour vivre et résister avec une telle mentalité, alors que le bombardement peut aussi cibler  leur école.
Malgré l’hunimanité  et la barbarie de l’ennemie…
Ils sont là, ils resteront…. ils n’ont rien  qu’attendre leur destin inconnu.

Najma

Aucun commentaire: