mardi 29 juillet 2014

Messages de Nejma Farès qui vient de perdre toute sa famille à Gaza, reproduits tels quels.



Messages de NAJMA  FARES


22 juillet  


un Genocide", c'est avec ce mot qu'on resume  ce qui c'est passé dans   notre famille "Abou Jamee", ou 28 personnes ont ete tues par les missiles israeliens qui ont cible leur maison de 3 étages, qui loge cinq familles au moment ou ils prenaient leur dejeuner  pour casses leur jeune, 3 membres de la famille ont miraculeusement survécu, la plus part des victimes étaient  des enfants et des femmes ,
 au cours de plus de 15 heures depuis le crime, l'équipe de defence civile et des dizaines de personnes sont restes a la recherche  sous les decombres en se servant de trois bulldozers.
au milieu des sentiments de colere et de mepris  les palestiniens font les adieu aux martyrs  dans une procession magestieuse malgres le risque des  bombardements  et dans leur  esprit  plusieurs questions  se posent sans  trouver des reponses satisfaisante...

Najma Abou Jamee



25 juillet


Chers amis,

Hier soir j’ai pu sortir de la maison, j’ai profité  pour  visiter l’école juste à côté de chez moi, où plus de 2000 habitants de Chaja’iya et Zaitoun  prenaient refuge, parmi eux il y avait qui ont fui les bombardements aveugles, d’autres leurs maisons étaient détruites, chaque visage marquait tant de souffrances et de douleurs. Et dans chaque mémoire une triste  histoire.  Ils étaient près de 5o personnes dans chaque classe, ils y a même ceux qui n’ont pas trouvé de place dans les classes  donc ils ont entouré des petites surfaces  dans la cour avec des tables pour s’installer, des couvertures étaient mis par-terre pour s’asseoir et pour dormir… je ne m’empêchait de parler à quelques femmes, qui ont insisté de me ramener dans les classes pour voir un peu dans quelle situation elles vivaient…j’ai passé dans quelques classes et ce que j’ai vu était terrible, des enfants, des femmes et  des vieux même des bébés, étaient tous là, avec un manque de toute forme d’hygiène, en plus de coupure d’électricité. Tout le monde était là entrain d’attendre, avec un regard de tristesse, de mépris et de colère, n’assimilant pas tout ce qui s’est passé. Les mamans  n’arrivant même pas à se plaindre, elles n’arrivaient à parler, d’ailleurs elles n’ont rien à dire de plus, tout était claire. Une heure avant le ftour, des engins qui passaient dans l’école et portaient le manger pour casser le jeune, un jeune volontier m’a appris qu’hier la quantité n’était pas suffisante, donc ils y avaient ceux qui ont mangé une demi-heure après, à attendre que d’autre plats viennent soit des  gens qui habitaient à cote ou des bénévoles. J’ai quitté l’école, en mémoire une souffrance et douleur de centaines de personnes de tout âge  mais aussi avec un sourire de petites filles dont leurs yeux marquaient l’espoir.
 Aujourd’hui matin, j’ai appris comme tout le monde le bombardement d’une école de l’UNRWA a Beit Hanoun,  où logeaient  de centaines de personnes. 15 personnes ont été tuées et  près de 2oo blessés, pour s’ajouter  au 798 martyrs et 5050 blessés et voilà les écoles aussi ciblés comme les mosquées l’y aient et ils y sont toujours.
Comment les gens dans les autres écoles vont apprendre ça !? Surtout qu’ils sont dans des écoles de l’UN, où ils  croient que c’est le seul lieu où  ils peuvent être en sécurité.  
Ce n’est pas facile d’avoir la force pour vivre et résister avec une telle mentalité, alors que le bombardement peut aussi cibler  leur école.
Malgré l’hunimanité  et la barbarie de l’ennemie…
Ils sont là, ils resteront…. ils n’ont rien  qu’attendre leur destin inconnu.

Najma

صدور الصفحة الجديدة لباب المادhttp://arabic.babelmed.net

الإعلان

بقلم جلال الغربي   
إن تونس و إن كانت تتوقع ضربات إرهابية أخرى تقف متحدة رغم كل الاختلافات ورغم كل الشوائب وهي تستعد للانتخابات التي ترى فيها ردا على الإرهاب الرافض لها و الحالم بوهم دولة الخلافة.
EBTICAR-MEDIA مشروع ابتكار للخدمات الاعلامية
بقلم babelmed   
تطلق الوكالة الفرنسية للتعاون الاعلامي, بدعم مالي من الاتحاد الأوروبي, الدعوة الأولى لتقديم المشاريع في اطارEBTICAR- MEDIA  (مشروع ابتكار للخدمات الاعلامية) من أجل توفير الدعم المالي اللازم لتطوير وسائل الاعلام الالكترونية في المغرب, و الجزائر, و تونس, و مصر, و الأراضي الفلسطينية ,و لبنان ,و الأردن, و سوريا.

المعـارضة الجــزائـرية : أي سبـل للإقنـاع ؟
بقلم غانية خليفي   
حاولت المعارضة الجزائرية يوم 10 جوان –حزيران- الفارط التحاور و الاتفاق على حد أدنى سياسي مشترك يشكل بديلا للنظام القائم. والتأم التحالف المكون من أحزاب سياسية ومن شخصيات مثل الوزراء الأولين السابقين أحمد بن بيتور ومولود حمروش و علي بن فليس وقياديين سابقين من الجبهة الإسلامية للإنقاذ وذلك تحت مسمى التنسيقية الوطنية للعدالة الانتقالية و الحريات الديمقراطية.

ألــف لـيـلـة ولـيـلـة... حكايات ضد المصادرة
قرأها البعض فحفظ حكاياتها، ورواها آخرون دون أن يعلموا أصلها، و أعاد البعض قراءتها فغيرت تفكيره، بينما اكتفى البعض بالتعامل معها على أنها نوع من الحنين إلى الماضي.. محاولات مصادرة ألف ليلة وليلة ومنع إعادة طبعها قد تثير الجدل بعض الوقت، لكنها من الصعب أن تنتزع الحكايات من العقول.
هستيريا الحريات في مصر
بقلم دينا قابيل   
أغلبية مقهورة ومطحونة تنفس عن غضبها حيال هدف محدد متفق عليه
ومصور كما لو كان الشيطان نفسه. أي صوت مغاير يغرد خارج هذه المنظومة
قد يجعل البعض يتساءل، والتساؤل في هذه المرحلة مرفوض من وجهة
نظر النظام، بل ويعتبر خيانة.


إفريقيا اليوم في عيون فنانيها بدار الفنون في الرباط
بقلم جلال الحكماوي   
أثبت معرض افريقيا اليوم في عيون فنانيها أن جذور المغرب،  بمرجعتها الزنجية  راسخة في إفريقيا والعالم، وأن الفن الإفريقي صار منتوجا لامحيد عنه للسوق المحلية والعالمية.



الرابط

samedi 26 juillet 2014

لما نجحوا في الانتخابات علّلت النفس بأنهم سيغرسون الأشجار
 فلم يغرسوا إلا زقوم الارهاب 
 When they won the election I consoled my self by thinking  they will reforest
They just planted a single tree : Zaqqum's terrorism.

mardi 22 juillet 2014

Nouvelle publication de Daniel Soil

 Soudain le fracas d’un chasseur-bombardier déchire le ciel. On ne le voit qu’à la seconde de la déflagration. Sans doute un tir de représailles sur un moudjahed affilié aux Brigades des martyrs d’Al Aqsa. On tue un homme, sa famille, son entourage parce qu’un mortier a lancé un obus, au jugé, vers le territoire israélien, provoquant quelques crises de nerfs. Les hommes autour de nous se donnent l’accolade, très vite, puis courent côte à côte sur la route, jusqu’au lieu où la bombe a explosé. Nous suivons. Il y a des cactus, des murets et, passant par-dessus, des chèvres apeurées. Sur place, des voisins aident à sortir ce qui a été épargné, des matelas noircis, l’un ou l’autre meuble. La famille visée par la bombe de ce jour est accueillie chez les voisins. On nous pousse à l’intérieur, nous aussi. De l’eau est mise à chauf­fer pour le thé, une femme retire le plastique recouvrant le pain et le miel. »

Ce sont là les premières phrases de « En tout ! »,  dernier roman de Daniel Soil, distribué en Tunisie par CERES.

Il y est question du parcours d’un jeune enseignant belge de Bruxelles à Ghazza en passant par Tunis. Pour en savoir plus, vous pouvez aller voir la page consacrée à « En tout ! » sur le site de l’éditeur :


 Une rencontre aura lieu à la librairie El Moez, Tunis Menzah 1, après-demain jeudi 24 juillet à 21 h.

C'est Lilia Weslaty, journaliste à webdo.tn, qui questionnera l'auteur.

samedi 19 juillet 2014

كيف نشفى من حب تونس, محمود درويش Le poème qui a fait pleurer Darwich


Comment guérir de notre amour pour la Tunisie
Comment guérir de notre amour pour la Tunisie qui irrigue nos âmes
Nous avons trouvé en Tunisie la familiarité, l'affection et le bon secours que nous n'avons trouvés nulle part ailleurs
C'est pourquoi nous en sortons comme nous ne sommes sortis de nulle part ailleurs
Nous sautons de son giron vers la trace de nos premiers pas
Dans l'arrière-cour de la patrie
Après que nous y avons vu la révélation
- Sur les êtres, sur les arbres, et sur les pierres -
Les images de nos âmes voletant telles des abeilles ouvrières sur les fleurs de la clôture lointaine
Pour ces adieux : Nous t'aimons, Tunisie, beaucoup plus que nous ne
pensions
Dans le triste silence des adieux, nous laissons une transparence aiguisée
Et nous distillons une densité si concentrée  au point d'être les ténèbres qui s'abattent sur les amoureux
Comme ils sont beaux ces secrets tapis derrière la porte entrebâillée, derrière ta porte
Qui est l'espace idoine pour le maniement savant du poète des éléments interactifs du poème
Devons-nous donc te dire Merci ?
Je n'ai jamais entendu des amoureux se dire "merci"...
Je n'ai jamais entendu des amoureux se dire "merci" mais merci d'être ce que tu es
Prends-bien garde à toi, Tunisie
Demain, nous nous rencontrerons sur une terre soeur : la Palestine
Avons-nous oublié quelque chose derrière nous ?
Oui, nous avons oublié nos coeurs qui se retournent  et nous avons laissé en toi la meilleure part de nous-mêmes
Nous avons laissé en toi nos martyrs que nous te recommandons
Prends-en bien soin.
Traduction ـJalel El Gharbi



Lecture inachevée...

Aucune trace de ce roman lu jadis avec beaucoup de ferveur Le Danube bleu de l'ukrainien Olès Hontchar dans sa traduction arabe. A l'époque, je n'avais pas trouvé le reste de la trilogie intitulée Les Porte-drapeaux.
Plus tard, j'en ai retrouvé le souvenir en lisant Campagne de France de Goethe : un homme chemine dans un convoi qui va au front. Il est requis par d'autres préoccupations. Il est comme pris dans un monde qui n'est pas véritablement le sien. Allez savoir pourquoi je m'en souviens aujourd'hui. Les lectures inachevées ont  un arrière-goût amer comme tout cela qui est promis à l'inachèvement ...



jeudi 17 juillet 2014

المجد لتونس Gloire à la Tunisie

 
تونس تزعجكم
 و تقض مضاجعكم حقول القمح  و شجر الفلين و الرمان في الواحات و أزهار النرجس و تزعجكم معالم التاريخ و الفسيفساء و حصون المرابطين و نسيم البحر و السمر على ضفاف المتوسط
 و يزعجكم الأطفال في طريق المدرسة  و القرنفل الأحمر و الأبيض في فوهة بندقية الجندي
يزعجكم مرح التلميذات و يزعجكم حبنا للحياة و للنبيذ و للسفر الى بلدان الشمال الحبيب يزعجكم  أن  نرحب بمن يأتينا من سرت أو من وهران  فأنتم ما زلتم في داحس و الغبراء, يزعجكم أن لا غريب بيننا
 يزعجكم حبنا للعمل و للمعرفة 
يزعجكم جيش يبني الجسور و يغرس النخيل و الكروم في الصحراء و يرمم القصور القديمة و يلقن أبنائنا معارف شتى
هاكم : نتكلم لغتكم  أفضل منكم أحيانا و لكننا قريبون من روما ومن داكار و من باريس و من نيويورك. الحياة عندنا جهد و نحت للذات وتقاسم لمتع الحياة : اسعاد للآخر و اسهام في البحث عن المعنى
هي تدبر للوجود و سير على دروب الدنيا بكل عذاباتها الحلوة
هاكم : ماذا تريدون منا ؟ تعدد الزوجات و النقاب وختان النساء و غلق المدارس الحديثة و الخلافة ؟
لا بترول لدينا ولا غاز حتى نعيش القرون الوسطى
نحن لا نريدكم أن تفعلوا بنا ما فعلتم بافغانستان و بالصومال و بالعراق و بسوريا
ارحلوا  عن فقرنا ولا تبغوا فنحن لا نبغي ولا نجور و لا نظلم أحدا ولكننا سندفع الجهلوت بعيدا  
غررتم بالسفهاء منا ووعدتوهم بفراديس الجنان ان هم تنكروا لوطنهم
خسئتم و خسئ من اتبعكم  
المجد لتونس و لجيشها المتحضر     
En voici une traduction rapide :
La Tunisie les dérange et les empêche de dormir avec les champs de blé, les chênes-liège, les grenadiers dans les oasis, les narcisses, les vestiges de l'histoire, les mosaïques, les citadelles, la brise marine, les veillées sur les rives de la Méditerranée, les enfants sur les chemins de l'école, les oeillets rouges et blancs au fusil du soldat, la gaieté des petites élèves, notre amour de la vie, de la bière, du voyage vers les pays du nord que nous adorons. 
Comme ils sont encore aux guerres tribales, cela les ennuie que nous soyons accueillants avec nos amis qui viennent de Syrte ou d'Oran. 
Notre passion pour le travail, pour la  connaissance les dérange.
Tenez :  nous parlons votre langue parfois mieux que vous mais nous sommes très proches de Rome, de Dakar, de Paris et de New-York. 
Pour nous la vie est une quête, un partage des bonheurs de l'existence dans une perspective qui rendant l'autre heureux, cherche à trouver un sens à la vie.
La vie est méditation, cheminement parmi les amères douceurs.
Tenez : qu'est-ce que vous nous voulez ? La polygamie, le niqab, l'excision, la fermeture des écoles et le califat ?
Nous n'avons ni pétrole ni gaz pour nous permettre de vivre au Moyen-Age.
Nous ne permettrons pas que vous fassiez ici ce que vous avez fait en Afghanistan, en Somalie, en Irak ou en Syrie.
Laissez-nous à notre pauvreté, nous n'avons jamais été injuste et nous saurons débouter l'infâme.
Vous avez induit en erreur la lie de notre société lui promettant le paradis si elle reniait son pays.
Malheur à vous et à ceux que vous avez dévoyés.
Gloire à la Tunisie et à son armée civilisée.

mardi 15 juillet 2014

Vu du ciel



Au large de la mer, des gouttes d'eau - comme des maisons - dévalent monts et merveilles et deviennent l'écume de l'Atlas.

dimanche 13 juillet 2014

أبو الشمقمق /Les plus beaux vers d'un poète arabe du VIIIeme siècle



Oeuvre magistrale de Bahzad illustrant le recueil de Saadi El Boustan (Le verger)

برزت من المنازل و القباب   فلم يعسر على أحد حجابي
فمنزلي الفضاء وسقف بيتي      سماء الله أو قطع السحاب
فأنت إذا أردت دخلت بيتي  علي مسلما من غير باب
لأني لم أجد مصراع باب    يكون من السحاب إلى التراب
أبو الشمقمق

Comme j’ai quitté  maisons et toitures,
Nul ne peinera  à voir ma figure
Car ma demeure est l’espace ; pour plafond
J'ai le Ciel ou des pans de nuages
Si on veut entrer chez moi en ami
On ne devra point passer par un huis
Car je n’ai pas pu trouver de battant
Pouvant joindre la terre au firmament
Abu Chamqmaq 730-815
Traduction Jalel EL Gharbi


samedi 12 juillet 2014

Dieudonné Ewomsan poète


La poésie de Dieudonné Ewomsan est résolument tournée vers l’avenir, elle qui puise dans les meurtrissures du passé sa force et ses espoirs les plus généreux :
Le temps est d’atroces souvenirs
Que l’on ne peut plus guérir
Mais le temps de la délivrance
Nous forgera un cœur d’espérance
Le poète est un chantre de la liberté entendue comme raison d’être beaucoup plus que comme mot d’ordre. La liberté, telle que célébrée dans son recueil Couleurs de liberté relève du faire  poétique (le poïen grec) que de la praxis. C’est sans doute ce qui confère à la poésie d’Ewomsan ce pouvoir qu’elle détient de donner à voir, de faire naître des allégories. Ici, le visible prête ses nuances à l’invisible. C’est à cette condition que le poète peut voir la « nuit de la nuit » prélude de « l’avenir barbelé » et y faire face. Tout devient lisible dans cette ville ouvrant sur l’océan, le chien affamé est l’image du désespoir, de ce monde « dolorique », les criquets sont les escrocs qui saignent des êtres déjà fortement éprouvés  et dont les blessures demandent à être « pansées », les déchirures « effacées »  et les larmes « épongées ».  Cependant  l’univers d’Ewomsan n’a rien de lacrymal car son adhésion au solaire, au diurne est totale.  Il a même l’art de ménager ces jardins secrets à l’abri de toute adversité :
L’amour rêve souvent
Au passé enivrant
Quand le présent est dur
Et l’avenir est moins sûr.
Pour le professeur de philosophie et pour le militant des droits de l’homme qu’est Ewomsan, ce passé enivrant, ce coin de terre qui reste habitable même lorsque Lomé ou toute autre ville africaine sont en détresse, se nomme « poésie ». Et la prière du poète puise dans les canons même de la poésie pour venir à bout de tous les antagonismes. La poésie fait du « je » un autre nom  de l’ «autre » et annihile de la sorte tous les antagonismes, toutes les haines. Voici un fragment de la « Prière du poète » :
Fais de moi un Tutsi et un Hutu
Pour que maintenant ici et partout
L’ombre de l’arbre à palabre
Apaise les cœurs ivres.
Le poème : cet arbre.  
Dieudonné Ewomsan : Couleurs de liberté. Les Editions Graines de pensées. Lomé, 2007