mardi 13 décembre 2011

La Manouba, pourquoi le niqab par Heikel Ben Mustapha

Syndicaliste, notre ami Heikel Ben Mustapha donne ici sa lecture d'universitaire indépendant de l'affaire du niqab.
Les cours ont été suspendus à la fac des Lettres de Manouba. Pourquoi ?

Répondre à cette question  est devenu une tâche  extrêmement  complexe, l’opinion publique s’en étant, désormais, emparée. Il est inutile de relater les faits, parce que tout le monde en a parlé ; je voudrais simplement rappeler comment, dès le début de l’année, a été entretenue cette situation de blocage de certains cours : une fille portant le voile intégral (niqab) se présente dans la salle de cours sans en être empêchée à l’entrée. Une fois en classe, le professeur lui demande de se découvrir le visage. Face au refus de l’étudiante (qui se répètera à chaque fois), le professeur se retire de la salle de classe. Des tentatives de discussion avec les étudiants de la faculté des lettres de Manouba soutenant leur camarade n’ont abouti à aucune avancée vers une résolution du problème et un dialogue de sourds a fini par s’installer opposant deux parties campant dans leurs arguments respectifs
 Pour comprendre cette situation, il est nécessaire d’examiner la position des uns et des autres. Les enseignants d’un côté, qui développent principalement deux arguments : un premier d’ordre pédagogique et un second relatif à l’autonomie de l’université ; les sit-inneurs de tous bords de l’autre (leur majorité est inconnue à l’institution !), qui soutiennent que le port du Niqab constitue une obligation religieuse et un des droits fondamentaux de l’homme.
I- les arguments du corps enseignant et du conseil scientifique :
1-        l’argument pédagogique : Pour que cet argument soit mieux explicité, il me semble  nécessaire de définir en quoi consiste la relation pédagogique à l’Université. Contrairement à ce qu’on peut penser, l’opération pédagogique ne se limite pas à la situation de classe. Elle intègre en fait, successivement, l’inscription, la formation avec la situation de classe qu’elle engage, l’évaluation et les délibérations suivies de la déclaration des résultats.
    Qu’il me soit permis de commencer par la fin de l’opération, les délibérations, là où les professeurs, face aux cas de rachat des étudiants dont les moyennes varient entre 9,00 et 9,99, se trouvent devant la nécessité de se prononcer sur un POFIL où sont pris en compte la présence, l’assiduité, le sérieux, l’interaction, l’implication et la participation d’une personne identifiée et identifiable au déroulement du travail collectif,  et ce en mettant un NOM sur un VISAGE.
L’on peut se poser ici la question de savoir qui pourrait accorder cette faveur du rachat à quelqu’un dont il ne connaît pas le visage, à un ANONYME ? Personne évidemment. Il est donc légitime de poser que, pour que l’étudiant(e) puisse bénéficier de cet avantage, soit offerte  à   l’enseignant la possibilité de reconnaître et d’identifier le visage de celui-ci/ celle-ci.
 Le deuxième aspect pédagogique retenu par les enseignants dans leur argumentaire contre le port du niqab tient à la question de la transmission ses conditions, ses modalités et son efficience.
 Est-il besoin de rappeler, ici, que le temps des cours ex-cathedra, où le professeur prodiguait son savoir du haut de sa chaire dans une indifférence presque totale à son auditoire, est définitivement révolu au profit d’un rapport plus humain fondé sur la communication la plus étroite avec l’apprenant et sur une proximité propice à l’échange et à l’interaction. Cela a été une demande des enseignants, mais également des étudiants qui avaient longtemps souffert de ce vieux rapport vertical qui les isolait de leurs professeurs et les mettait hors de leur portée. Dans le cadre de la nouvelle pédagogie développée dans ce qu’on appelle « cours intégrés », c’est dans les regards des étudiants et en fonction de l’expression de leurs visages que le professeur peut constater si son message est passé ou non. La transmission devient tributaire des capacités de l’enseignant à lire et à décoder les signes que lui renvoient les regards des étudiants, généralement inhibés à verbaliser directement leurs demandes.
Reste alors le troisième volet de l’argumentaire qui touche la question des examens et des problèmes que le niqab peut introduire à ce niveau. « Laissez-nous passer l’examen, et nous ne viendrons pas au cours », nous crie-t-on. « Nous sommes d’accord pour qu’une femme vienne contrôler notre identité, mais nous passerons l’examen avec le voile intégral », ajoutent-ils, par ailleurs ! Mais de quelle vision des études et de la formation universitaire relève une pareille demande !? S’inscrit-on à l’université juste pour passer un examen comme à un concours ou, alors, pour apprendre à réfléchir, à développer et à produire du savoir dans l’ajustement des outils, la confrontation des méthodes et des hypothèses, le débat des idées et l’échange ? Cette réduction du problème posé à la question du droit à l’examen est désolante pédagogiquement comme elle est indéfendable sur le plan éthique. Pourquoi une catégorie d’étudiants aurait-elle le droit de profiter de conditions spéciales susceptibles de leur accorder des avantages dont ne pourront pas bénéficier les autres. C’est là une injustice inadmissible ! A cela s’ajoute une dimension « sécuritaire » non moins négligeable : le port du voile intégral ne permettant pas d’identifier la personne, une usurpation d’identité n’est pas impossible ! Et qu’on ne nous rétorque pas qu’il serait possible qu’une collègue sorte de son cours pour contrôler l’identité de la fille intégralement voilée. Cette proposition est peu courtoise vis-à-vis d’un Docteur ES Lettres, que de le transformer en contrôleur d’identités pour le compte de ses collègues. D’ailleurs, un cas de fraude caractérisée a été constaté à l’Ecole Supérieure de Commerce : une étudiante portant le niqab a usurpé l’identité de sa collègue pour passer l’examen à sa place.

2- l’autonomie de l’université : depuis des années, la gestion de l’université a été l’objet de luttes syndicales continuelles, parce que du temps de Ben Ali, l’université a souffert des improvisations de l’administration centrale qui ne savait que produire des circulaires, et elle n’est pas la seule institution à avoir souffert. Depuis l’ère de la dictature aussi, les facultés ont réussi à arracher l’élection du doyen et des membres du conseil scientifiques. La mission de ce conseil est de réguler l’opération pédagogique dans toutes ses phases. Les décisions prises par le conseil scientifique, en général, en concertation avec le corps enseignant, constituent un règlement intérieur. Mais, dans les textes fondamentaux, le dit conseil, n’est point présenté comme le législateur de la vie universitaire. C’est bien un conseil à caractère consultatif, et cela est vrai ! Or, qu’est-ce que l’adjectif  « consultatif » peut signifier ? Cela veut-il dire que ce sont des gens, qui sont élus, pour passer du temps, car toutes les décisions sont prises doivent provenir d’un ministère ? Ou alors est-ce que ces gens, élus, proposent des décisions pédagogiques à l’autorité de tutelle, laquelle valide ou invalide la décision ? Dans la tradition universitaire, c’est le deuxième scénario qui correspond à la situation : le conseil évalue une situation, prend ses décisions en concertation avec le corps enseignant et soumet sa décision à l’autorité de tutelle. Lorsque le ministère ne remet pas en question cette décision au bout d’une semaine, elle se transforme en règlement interne !
« Mais, il y a, sur le même campus, des institutions qui ont géré différemment cette question du voile intégral », objecte-t-on. Et y a-t-il meilleure manifestation de l’autonomie de l’université, dans cette dimension où chaque conseil scientifique évalue la situation de manière libre !?
II- L’argumentation des sit-inneurs : Ainsi que je l’ai souligné plus haut il y a deux arguments centraux avancés par les sit-inneurs : un argument religieux et un argument en rapport avec les aspects juridiques des droits de l’homme. Pour ce qui de l’argument religieux, je pense que c’est aux Ulémas de nous répondre, et n’appartenant pas à ce cercle savant, j’éviterai, par honnêteté intellectuelle, de me hasarder dans ce domaine, bien que je sache, comme tout le monde, que la question est plus que controversée. Reste la question des droits humains. Dans cette logique, nos étudiantes sont présentées comme une minorité dont le droit fondamental aux études est bafoué. Mais, attendons un peu. Je crois savoir que la majorité des Tunisiens est musulmane, or les étudiantes intégralement voilées sont musulmanes avant d’être caractérisées par le port du Niqab, donc elles font partie de la majorité ! La contradiction est lancinante ! Par ailleurs, si on peut être d’accord sur le fait qu’il y a dans ce bas monde des droits de l’homme à respecter et surtout des libertés individuelles à faire valoir, je crains que l’on oublie que nous avons également des devoirs envers la société. Cela est d’autant plus certain qu’il s’agit d’un espace public que partagent des personnes qui peuvent différer de quelque manière que ce soit, et l’université en est un ! Du coup, on est appelé à respecter les normes, qui ne sont pas forcément des lois, mais des normes d’usage régulant l’espace de l’école au sens large du terme.
 Les sit-inneurs considèrent que, étant donné qu’un texte de loi interdisant le port du niqab n’existe pas, l’interdire en classe constitue le non respect des droits de l’homme. Je pense que cette vision juridique de la question est peu pertinente, car, il y a là une extrapolation hasardeuse pour ne pas dire dangereuse. D’ailleurs, c’est là que se manifeste l’autonomie de l’université : c’est lorsqu’il y a un vide juridique que les structures élues interviennent pour réguler l’espace public. Aucune règle juridique ne peut réguler un espace comme la classe. Jusque là, dans les pays démocratiques, aucun texte ne dit au professeur s’il faut écrire au tableau ou ne pas écrire : c’est du ressort de la pratique pédagogique ! Aucun texte juridique ne peut exiger du prof de passer entre les rangs ou de rester derrière son bureau, et c’est aussi la pratique pédagogique qui le détermine. Il est inutile de multiplier les exemples. Cette position par trop juriste n’a que des limites devant de tels espaces publics très spécifiques. Du reste, dans les pays dits démocratiques, les Etats-Unis par exemple ou alors la France, il existe des institutions scolaires, où le port d’un uniforme est obligatoire, pour des raisons diverses. Faut-il alors dire que c’est une atteinte aux droits de l’homme, parce que les personnes qui fréquentent ces institutions ne s’habillent pas comme elles veulent !?

Ainsi pouvons-nous constater que les violons ne sont pas vraiment accordés et que l’on mêle, dans cette affaire, le son et le mil. Si, chez les sit-inneurs il y a un sentiment de frustration parce qu’il leur semble qu’il n’y a pas de débat, confondant ici débat et négociation autour de leurs revendications ; il y a chez les enseignants le sentiment que ce mouvement disproportionné, mené par une majorité étrangère à la faculté, est une tentative de plier l’université à des ordres et non un appel au débat. Ce qui peut donc paraître comme une bipolarisation, est en fait le résultat de ce qu’il n’y a pas de problématique commune, celle justement qui unit le prof et l’étudiant. En d’autres termes, la faculté des lettres de Manouba est aujourd’hui en situation critique, parce que les sit-inneurs, étrangers à la faculté, et les professeurs ne parlent pas de la même chose! Pour que nous puissions converger vers la véritable problématique, il faut que cessent d’intervenir tous les corps étrangers à l’institution, afin qu’un débat serein et familial se déclenche entre les étudiants de la faculté et les structures élues et que nous puissions préparer nos étudiants, qui ne sont pas en grève, ni ne s’inscrivent dans ce sit-in, aux examens imminents!
                                                                      
Heikel Ben Mustapha, Universitaire, syndicaliste.

10 commentaires:

giulio a dit…

Chers amis, n'étant point partie dans ce débat, et incapable d'en saisir toutes les implications locales, je n'y adopterai pas une position qui, dans ce contexte, n'intéresse personne. J'aimerais toutefois prier monsieur Heikel Ben Mustapha d'éclaircir le contenu de son dernier paragraphe, où il écrit :

"... il y a chez les enseignants le sentiment que ce mouvement disproportionné, mené par une majorité étrangère à la faculté, est une tentative de plier l’université à des ordres et non un appel au débat..."

Pourquoi parle-t-il d'une "majorité étrangère à l'université", lorsque, selon toute évidence et ses propres constats, il s'agit d'une MINORITÉ de femmes, désireuses de porter le niqab et même d'une MINORITÉ d'hommes désireux d'imposer le NIQAB aux femmes ?

Qu'on me pardonne, si je me me trompe, mais lors de mon dernier séjour à Tunis, je n'ai vu aucune femme porter le niqab, tout au plus le foulard recouvrant les cheveux et la nuque.

farah a dit…

@ giulio : cher monsieur , je suis étudiante à la faculté des Lettres de La Manouba et Monsieur Heikel Ben mustapha était mon professeur. je crois pouvoir répondre à votre question : ce que veut dire Monsieur Ben mustapha par "il y a chez les enseignants le sentiment que ce mouvement disproportionné, mené par une majorité étrangère à la faculté, est une tentative de plier l'université à ses ordres et non un appel au débat" c'est que la majorité des personnes qui sont à la faculté et qui bloquent le bon déroulement des cours avec leur sit-in eu sein de la faculté, ne sont pas des étudiants de la faculté mais des personnes étrangères à l'établissement qui , à mon avis aussi , ne cherchent pas un débat mais plutôt d'imposer "leurs" règles dans un établissement universitaire ( je tiens à préciser qu'il y a quelques temps le même problème s'est posé à la faculté des Lettres et des sciences humaines de Sousse et que le "leader" qui parlait au "nom des étudiants là-bas est la même personne qui parle maintenant au nom des étudiants Manoubiens!!!!!!! moi-même j'ai passé quatre années dans la faculté de La Manouba et quand j'ai vu les vidéos je me suis dit : mais d'ou viennent-ils ??? ils ne viennent pas de la faculté ...

giulio a dit…

Merci Farah, c'est clair.

Jalel El Gharbi a dit…

Cher Giulio
Effectivement, c'est une phrase qui pouvait prêter à confusion. Ici, la majorité désigne celle des sit-inneurs et leurs appuis.
Merci pour ta proximité.
Amitiés

Halagu a dit…

A mon avis il faut que les enseignants évitent trois pièges :

- invoquer la loi, c'est se heurter au vide juridique en la matière, et ce vide sert la cause des étudiantes voilées. Et ce n'est pas dans le contexte politique tunisien actuel qu'une loi interdisant le niqab dans les lieux publics – en particulier dans les fac.- verra le jour.
- se baser sur les textes religieux pour rejeter le port du voile intégral. Les arguments religieux ne peuvent convaincre que les convaincus et les textes dans l'islam ont les propriétés de l'alliage à mémoire de forme, ils changent d'aspect indéfiniment sans rompre. Les discussions à propos de cette question en particulier (port de voile) revient à vouloir déterminer le sexe des anges et profite à ceux qui veulent semer la zizanie.
- Invoquer les droits de l'Homme. Les texte protègent plutôt la   "liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé... ", sauf si cette liberté est contraire aux lois d'une société démocratique et sous certaines conditions. On revient donc à la case du départ.

Il ne reste donc pas grand chose pour défendre la volonté légitime des enseignants ? A mon avis il reste l'essentiel, à savoir le règlement intérieur qu'il faut compléter. Le conseil scientifique pourrait présenter une décision à l'autorité de tutelle et la mettre devant ses responsabilités. En même temps il faut faire appel aux force de l'ordre pour faire évacuer la faculté. D'autres pays l'ont fait, y compris la France en mai 68.
Bon courage.

Les mots tunisiens d'emprunt a dit…

@M. giulio:pour des raisons techniques ne permettant pas de poster le texte dans sa totalite, je me vois dans l'obligation de le publier en deux parties. Première partie:
Cette phrase part d’un supposé connu, qui est le suivant : tout le monde, en Tunisie, sait qui fait le sit-in, l’affaire étant été médiatisée, voire surmédiatisée. Mais, vous avez raison de souligner ce qui pourrait paraître comme une contradiction, vous qui manquez de données objectives. Je confirme également que, dans notre pays, le niqab n’est pas un phénomène généralisé. Il s’agit comme vous le dites fort pertinemment, « selon toute évidence et ses propres constats, il s'agit d'une MINORITÉ de femmes, désireuses de porter le niqab et même d'une MINORITÉ d'hommes désireux d'imposer le NIQAB aux femmes ». Permettez-moi donc, et avant même de commenter ma phrase, de vous fournir quelques données objective sur la situation dès son début. Le 28/11/2001, à 8h30, un groupe de personnes (à peu près 100, selon les médias et la presse), incluant quelques étudiants de la faculté, nous a accueillis en appelant à une grève des étudiants de la faculté des lettres, des Arts et des Humanités, à travers la mise en place d’un service d’ordre bloquant l’accès des étudiants aux départements de l’institution. Une réunion d’urgence s’est tenue où les professeurs ont pris la décision d’aller devant les départements pour trois raisons :
1- Dialoguer avec ces personnes pour comprendre ce qu’ils voulaient, car il ne s’agit pas là d’un syndicat d’étudiants.
2- Rassurer les étudiants, qui avaient peur de ce groupe inconnu, et contrôler tout débordement possible dans une situation un peu tendue.
3- Garantir le droit de ceux qui ne s’inscrivaient pas dans ce mouvement à gagner les salles de cours.
Cela s’est fait naturellement et nous avons entamé un débat avec les gens qui bloquaient l’accès aux départements, et qui, dans la tension qui s’est installée entre eux et nos étudiants désireux d’aller en cours, ont commencé a agresser les étudiants de la fac verbalement. En suscitant ce dialogue avec eux devant le département de français, et j’avoue que je ne connaissais pas mes interlocuteurs, une collègue et moi-même avons réussi, par ce débat, à leur respecter le droits des étudiants du département de français et d’anglais (nous sommes dans le même bâtiment) à aller en cours. Ils se sont retirés et j’ai personnellement assuré la deuxième séance qui commence à 10h30. Or, à 11h30, ma collègue m’appelle sur mon portable pour me dire qu’elle était seule devant le département et que le service d’ordre a réinstallé le piquet de grève. Donc, re débat sur la liberté de ne pas s’inscrire dans un mouvement, quel qu’il soit. Vers 12h30, heure à laquelle finit la deuxième séance, le débat a été clos et le service d’ordre s’est retiré une seconde fois. Le mouvement s’est transformé alors en manifestation à l’intérieur de la fac. Après coup, s’est tenue une assemblée générale des « grévistes » dans la cour centrale de la faculté. A 13h30, j’ai assuré une seconde de deux heures, sans incident particulier, même si j’ai été déconcentré, à maintes reprises, par les voix des intervenants et des slogans scandés par l’auditoire (j’étais à la salle 330, à cent mètres de l’AG).

Les mots tunisiens d'emprunt a dit…

deuxième partie: En me dirigeant à mon bureau pour prendre mes affaires et rentrer, j’ai vu la foule des « grévistes » rassemblée devant l’administration centrale de la faculté (le décanat). J’y suis allé, dans le but de comprendre ce qui s’y passait et ai constaté que ceux qui étaient dehors ne se trouvaient là que parce que le hall de l’administration était lui-même investi par d’autres personnes du même groupe, dont les quelques étudiants inscrits à la faculté. Réflexe syndicaliste, je me dirige au bureau du doyen, au premier étage du bâtiment, qui m’informe qu’il était pris en otage, propos confirmés par la coordinatrice du département d’anglais : deux personnes avaient pour mission le marquage individuel du doyen, « afin qu’il ne se sauve pas », m’informe-t-elle. Les deux collègues m’informent qu’un sit-in prend place. Les sit-inneurs comptaient quelques étudiants « barbus » inscrits à la faculté et une majorité de gens « barbus » prétendant être des étudiants qui de la fac des Lettres, qui d’autres institutions universitaires (aucun contrôle n’est, par ailleurs, possible), ainsi que des éléments venant d’horizons divers. Du reste, celui qui se propose de parler, voire de négocier, en leur nom déclare être étudiant en sciences juridiques, et surtout président d’une association civile. Cela dit, la trentaine de sit-inneurs permanents ces derniers jours n’est pas permanente elle-même ! D’après les ouvriers et le personnel administratif, une relève se fait quotidiennement : les sit-inneurs inscrits à la fac des lettres sont au nombre de 6 selon le chef de service de scolarité.
Pour ne pas être plus long, même si cette parenthèse assez longue est nécessaire, j’en viens directement à ma phrase pour l’expliciter. Si l’on admet que la majorité des sit-inneurs est étrangère à la faculté (il y en a même qui appartiennent à divers corps de métier, selon certains étudiants), l’on peut tout aussi admettre qu’il s’agit là d’une majorité qui essaie de noyer (se souder ?)Dans la Minorité inscrite réellement. Du coup, si la minorité inscrite à la fac des lettres de Manouba revendique quelque chose, ce qui est permis, quel est le véritable rôle de cette majorité d’étrangers ? Sachant que c’est cette majorité qui dispose des moyens logistiques sinon curieuse, du moins impressionnante. Il est possible, à mon avis, de lire cet acte de « solidarité » comme une présence qui voudrait transformer les revendications en ordres, par la forte présence numérique. D’ailleurs, à chaque fois que le doyen de la fac et le conseil scientifique ont demandé à ces personnes étrangères, dont personne ne peut contrôler l’identité, ils ont refusé !
Enfin, pour mettre une goutte de savoir dans ce contexte, du point de vue de la linguistique textuelle, le mot majorité se justifie par le principe de l’anaphore résomptive. Car, si la majorité se noie dans la minorité, celle-ci devient imperceptible. D’ailleurs, posé ainsi, je me demande si mon anaphore n’est pas fidèle !
Tout en rappelant que je concède que sans les données objectives que je viens de fournir, la phrase ne peut qu’interpeller l’intelligence d’un lecteur averti et susciter chez lui l’interrogation que vous m’avez adressée. Je vous en remercie ! D’ailleurs, vous me suggérez l’obligation d’écrire un texte qui relate les faits de cette crise.
Heikel Ben Mustapha

Les mots tunisiens d'emprunt a dit…

@Halagu,
je voudrais simplement vous informer, que les autorités concernées par cette question ont été saisies à temps. mais, c'est une autre affaire!

Ecrits-anonymes a dit…

Excellente analyse. Pour ma part je considère que le présent conflit autour du port du Niqab dépasse largement le cadre restreint du milieu universitaire. Il s'agit en vérité de la première escarmouche d'une bataille civilisationelle à laquelle sera confrontée, dans les prochaines années, la société tunisienne.

Toute concession octroyée à ces obscurantistes entraînera irrémédiablement l'élévation du plafond de leurs revendications liberticides. Aujourd'hui ils veulent imposer le Niqab, demain ils militeront férocement contre la mixité.

nfl jerseys in usa a dit…

this is a good blog ,it is good for you work in feature.
Ravens Jerseys
Ray Rice Jersey
Lardarius Webb Jersey
Torrey Smith Jersey
Wes Welker Jersey
Rob Gronkowski Jersey