mercredi 6 février 2013

Exécution de maître Chokri Belaïd

Ceux parmi les Tunisiens qui ne reconnaissent d'autre drapeau que celui-ci sont en deuil après l'exécution de maître Chokri Belaïd.

16 commentaires:

Djawhar a dit…

Tous ceux qui aiment ce drapeau et aiment la Tunisie, même s’ils ne sont pas de nationalité tunisienne, doivent aussi être en deuil aujourd’hui.

Mokhtar El Amraoui a dit…

Paix à l'âme de ce grand militant des droits de l'Homme qui s'est toujours mis du côté des damnés. Tu vis dans nos coeurs, cher Chokri Belaïd! Par ton coeur pur et par ton sang, le drapeau tunisien, le seul que nous arborerons toujours fièrement,n'en resplendira que plus! Tu y rejoins tous les preux qui n'ont jamais hésité une seconde à le défendre contre tous les envahisseurs et imposteurs!

bizak a dit…

Oui je suis en deuil, la tuerie continue et je suis triste que ces coyotes nous grignotent encore notre liberté! Je suis d'Algérie et je mesure la douleur des hommes et des femmes sincères de cette Tunisie, l'antique Carthage. Mais elle renaîtra de ses cendres quoiqu’il advienne.Nous partageons votre douleur, ici en Algérie.

Hervé Suchet a dit…

L'opinion française est marquée, frappée avec vous Jalel : https://www.facebook.com/laure.kalangel/posts/489891191045938

H./S.

Jalel El Gharbi a dit…

Merci pour votre proximité, chers amis.

Feuilly a dit…

Il n'y a pas que les Tunisiens qui sont en deuil, en effet. Ce crime est un crime de trop pour nous tous.

NicoleA a dit…

je ne suis pas tunisienne mais j'aime ce pays et ceux qui l'habitent parmi lesquels j'ai de bons amis ... et je suis triste, très triste, de voir ce que nous voyons aux informations ici en France quand on parle des événements tunisiens .

Anonyme a dit…

Feuilly, il n’ya pas que les tunisiens qui sont en deuil. Je suis algérienne et je suis en deuil, tous les miens aussi. Il n’y a aucune vraie frontière qui nous sépare, et quand un tunisien a mal, on le sent dans notre chair. Allez sur les pages FB des algériens, prenez un échantillon de jeunes et vous remarquerez combien ce que je dis est vrai. La Tunisie n’est pas seule et ne le sera jamais. Nous nous battrons pour elle comme nous le ferons pour notre propre pays.

giulio a dit…

Oui, mes amis, je partage ce deuil avec vous, avec tout le peuple tunisien et avec tous les amoureux de la liberté et de la justice, qui viennent d'être frappés une fois de plus par la haine et l'obscurantisme.

Cette hydre aux mille têtes et formes ne permettra jamais à la liberté, à la justice, à l'amour, à la joie de vivre, au respect d'autrui, d'être des acquis.

La lutte pour leur sauvegarde ne cessera jamais. Il y a des révolutions mort-nées, et faites, amis Tunisiens, que la vôtre n'en soit pas une. Mais il n'y aura jamais de révolution achevées.

Aussi, permettez-moi de vous souhaiter, amis tunisiens, un "No pasaran" plus heureux que celui des brigadistes d'Espagne, mais aussi le "we shall overcome" et le "hasta la victoria siempre" des ennemis des dictatures quelles qu'elles soient.

janine laval a dit…

je n'arrive décidément pas à mettre un commentaire ici. Pourtant je voulais dire toute ma peine pour la Tunisie et transmettre à Jalel toutes mes amitiés ainsi que pour tous ceux et celles qui lui sont proches.
Janine

giulio a dit…

@ Janine : ce qui me consolerait un peu dans ces circonstances si douloureuses pour mes amis tunisiens, c'est de retrouver quelques paroles de la Janine Laval ~16 ans après la merveilleuse lettre qu'elle m'a envoyée sur mon premier recueil de poèmes (Amour d'un soir fin septembre). Mais rien que sur FB vous êtes déjà 3 homonymes, et la Janine dont je parle était illustratrice de poèmes ; serait-ce vous ?

Jalel El Gharbi a dit…

Merci Janine.
Giulio, Janine Laval a superbement illustré mon ouvrage sur Jules Supervielle et je suis heureux - tant est qu'on puisse l'être dans les circonstances actuelles- qu'elle me fasse signe de temps en temps

Janine Laval a dit…

Oui Giulio, c'est bien moi, je continue de ma petite voix d'essayer de dénoncer les violences de tous ordres, le racisme, l'injustice, mais bien sûr j'ai toujours l'impression de crier dans le désert et je suis de plus en plus triste de constater que l'être humain dans sa plus grande majorité est toujours aussi immature...
Amitiés, et bon courage à vous Jalel.
Janine

giulio a dit…

vous n'êtes pas la seule "vox clamantis in deserto", chère Jeanine. Tout ce que pouvons espérer, c'est de finir par être un jour assez nombreux pour voir changer les choses en bien. l est vrai que je n'y pas trop, mais je refuse de l'exclure.

giulio a dit…

coquilles en dernière phrase.
lire :
ll est vrai que je n'y crois pas trop...

Janine Laval a dit…

Giulio, je suis d'accord avec vous, il faut toujours espérer, même si ça semble très difficile...